Il y a quelques jours, la Cour des Comptes a publié un rapport édifiant sur la banque Dexia, ex-banque des collectivités locales.

Ce rapport met en avant l’incompétence des membres du Conseil d’Administration de DEXIA et confirme la débâcle de cette banque qui a, pour l’instant, coûté 6,6 milliards d’euros aux contribuables français.

Rappelons que le Député-Maire de CAEN, Philippe DURON, fut l’un des administrateurs de la banque DEXIA entre 2005 et 2011.

 

Une participation loin d’être symbolique puisque la presse avait révélé que  Philippe DURON avait touché 85 000 euros de jetons de présence pour sa participation au sein du conseil d’administration de cet établissement bancaire.

Aujourd’hui, la Cour des comptes pointe les choix d'une croissance débridée et aventureuse de la banque. À titre d'exemple, on constate que de 2004 à 2007 le bilan de DEXIA a cru de 50%, et encore de 8% de 2007 à 2008.

La Cour des comptes évoque « la fragilité du modèle, la faiblesse de sa gouvernance et les défaillances de la régulation et de la supervision » pour expliquer « que le groupe n’ait pas survécu aux crises de 2008 et 2011 ». Elle souligne que le Conseil d'Administration, « qui comptait peu d'experts ou de professionnels aguerris aux questions bancaires, ne s'est pas opposé à une telle stratégie. »

Dans un souci de transparence nous demandons à Philippe DURON de s’expliquer :

  • sur le contenu réel de son travail d’administrateur au sein de la Banque DEXIA en 2005 et 2011. La rémunération importante qui lui a été versée au titre des jetons de présence a-t-elle trouvé sa contrepartie dans une activité réelle de contrôle au sein du conseil d’administration ?
  • sur le fait qu’il ait cautionné à l’époque de tels errements alors qu’il était présent au sein du Conseil d’Administration de la Banque DEXIA comme représentant des collectivités locales.

Alors que les responsables de ce désastre financier resteront vraisemblablement impunis, nous nous félicitons aujourd’hui que la Cour des Comptes préconise pour l’avenir de « renforcer les dispositifs de sanctions pénale et pécuniaire, tant pour les dirigeants que pour les membres des conseils d’administration d’institutions financières, pour le cas de prise de risque inconsidérée ayant entraîné des pertes ».

Philippe LAILLER

 

Plus d'infos sur :

http://www.scandale-dexia.fr/

 


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter