Alors que Frédéric Cuvillier,  Ministre des Transports, se rendra à CAEN jeudi 23 janvier, Sonia de la Provôté lance un défi de taille au ministre : prendre le train jeudi matin entre Paris et Caen.

Il devra alors comme de nombreux caennais qui utilisent cette ligne de train tous les jours,  s’attendre à subir quelques désagréments, annulations, arrêts intempestifs, retards…

A titre d’exemple, selon le site internet de la SNCF,  le train n°3301 qui part de PARIS  Saint Lazare à 7h07 et qui arrive en gare de CAEN à 8h57 est en retard 4 fois sur 10 depuis 2 mois.


Lors des  élections régionales et municipales, Philippe DURON avait promis à deux reprises aux caennais une ligne à grande vitesse entre CAEN et PARIS.

Malheureusement, depuis quelques semaines, nous savons que cette promesse ne sera pas tenue car le dossier de la Ligne nouvelle Paris - Normandie est désormais clos.

A défaut d’une liaison jusqu’à CAEN, il faudra que les usagers se contentent d’une liaison jusqu’à MANTES LA JOLIE et pas avant 2030 ! Cette décision est extrêmement inquiétante pour notre territoire à l’heure où l’on évoque de nouveau la réunification des deux Normandie.

Philippe DURON qui préside l'Agence de financement des infrastructures de transport en France (AFITF) et le Schéma national des infrastructures de transport (SNIT) vient nous confirmer le vieil adage populaire qui prétend que « ce sont  les cordonniers qui sont les plus mal chaussés ».  En effet, alors qu’il apparaît comme « la référence nationale » en matière de Transport, son bilan municipal dans ce domaine n’est pourtant pas très reluisant :

- Absence de perspective d’une ligne à grande vitesse entre CAEN et PARIS pendant les 20 prochaines années,
- Abandon de l’allongement de la piste de Carpiquet qui condamne notre aéroport à des perspectives de développement très limitées,
- Remplacement anticipé de la ligne 1 du Tramway pour un montant de 180 millions d’euros alors que l’expérience de NANCY nous prouve que 15 millions de travaux de rénovation auraient permis d’allonger sa durée de vie de 10 à 15 ans.


Notre capitale régionale mérite mieux que ces renoncements incessants. Nous proposerons  d’ailleurs aux Caennais dans le cadre notre projet des engagements forts en matière d’infrastructures de transport, qui auront pour objectif la dynamisation de notre territoire.

Ajouter un Commentaire


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter