D’après un sondage Ipsos-Steria pour France Télévisions et France Bleu, Philippe Duron perdrait la mairie de Caen au second tour des élections municipales. Les conclusions ont été rendues publiques, ce lundi 3 mars 2014.

Au premier tour, le maire sortant (PS-PRG-PCF-MRC-citoyens à Caen) devancerait de 2% Joël Bruneau, et de 8% Sonia de la Provôté, mais il s’inclinerait au second tour avec 49% face au candidat UMP, et avec 47% des voix face à la candidate UDI MoDem. Le report des voix serait plus avantageux à Sonia de la Provôté qu’à Joël Bruneau.


Le sondage a été réalisé entre le 26 et le 27 février 2014. Il porte sur un échantillon de 603 personnes de 18 ans et plus. 34% des sondés n’ont pas encore fait leur choix.

Philippe Duron : « Tout reste à faire »

« Le pourcentage des indécis montre à l’évidence que tout reste à faire dans cette élection : montrer l’importance du bilan, convaincre sur un projet. Le score de la gauche au premier tour (48%) est un très bon socle pour construire une victoire de second tour. Le score de la liste que je conduis et qui rassemble largement la gauche place en tête le camp du progrès, le camp du changement même si la stratégie adoptée par Les Verts a minoré le score du premier tour et compromis la dynamique que nous avions connue en 2008. »

 

Le projet de tram sur fer déraille

 Les multiples pannes du tram ont incité Viacités à mettre un nouveau projet sur les rails.  Les multiples pannes du tram ont incité Viacités à mettre un nouveau projet sur les rails.

Sur les ondes, ce même lundi, il était question de l’agglomération caennaise et plus spécifiquement de son tramway. France Info annonçait que l’appel à projets lancé par le ministère des Transports était remis en question. Viacités, le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération caennaise, a répondu à cet appel en espérant obtenir une aide de 40 millions d’euros de l’État pour le nouveau tram. L’aide avait été confirmée par le ministre des Transports, lors de sa visite à Caen, le jeudi 23 janvier 2014. Pas le montant, ni le délai, expliquant qu’elle était suspendue à la perception des recettes de l’écotaxe, elle-même suspendue en octobre 2013.

Pour Joël Bruneau, il fallait choisir le BHNS

Joël Bruneau s’est empressé de réagir à cette information. Pour lui, il s’agit « d’une vérité que j’ai soulevée depuis plus de deux mois en choisissant de m’engager sur un projet de bus à haut niveau de service, réalisable financièrement et qui réponde aux attentes des usagers. » Ce projet de BHNS comprenant le remplacement de la ligne 1 du TVR et la réalisation d’une ligne 2 en BHNS avait été évalué à 258 millions d’euros par Viacités qui a finalement opté pour le remplacement du TVR et la création d’une deuxième ligne de tram sur fer. Coût de l’opération : près de 300 millions d’euros.

 

Sonia de la Provôté prône la rénovation de la ligne 1

« Le projet que je défends depuis des semaines s’avère donc le bon : engager la rénovation de la ligne 1 pour prolonger sa durée de vie de 10 à 15 ans. Cette rénovation coûterait 15 millions d’euros et non 180 millions prévus pour le remplacement de la ligne 1. Le projet de prolongement de la durée de vie du tram actuel tient compte de la réalité économique : nous n’avons pas aujourd’hui les moyens d’investir plus de 300 millions d’euros (pour les lignes 1 et 2). »

 

Ajouter un Commentaire


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter