Le maire sortant Rodolphe Thomas (MoDem) a été réélu dès le premier tour, dimanche, avec dix points de plus qu'en 2008. C'est un coup dur pour la gauche, qui espérait au moins atteindre le second tour.

Reportage

Un plébiscite. Dimanche soir, Rodolphe Thomas a été réélu pour un troisième mandat avec 63,83 % des suffrages. Une victoire écrasante applaudie par près de 200 personnes dans la salle du conseil municipal.

« C'est une surprise. Encore mieux qu'en 2008 ! », s'exclame Rodolphe Thomas, ovationné à l'annonce des résultats.

Plus que la réélection de ce maire populaire, c'est le poids sans appel du résultat qui surprend. Le PS l'avait largement emporté aux législatives et à la présidentielle en 2012.

« À l'échelle locale, les Hérouvillais votent pour un maire, une équipe et un projet. C'est le travail de six années qui a fructifié. Cette confiance, c'est le plus beau des cadeaux que les Hérouvillais pouvaient me faire », s'émeut le maire.

« Nous avons encore six années devant nous pour continuer notre politique. J'espère qu'elles seront toutes aussi rayonnantes pour Hérouville ! » Avec un tel score, la majorité rafle la totalité des six sièges hérouvillais à Caen-la-Mer.

« Une claque nationale »

À gauche, c'est le coup de massue. Dans le local du Parti socialiste, rue de la Grande-Cavée, les visages sont fermés. Thierry Legouix et les quelques candidats encore présents regardent les résultats nationaux défilés à la télévision. « C'est une claque nationale. Hérouville n'est pas isolée du reste du monde », souligne Thierry Legouix.

La liste « Hérouville, l'important c'est vous » (PS-MRC-PRG) n'a recueilli que 20,13 % des voix. « Nous avons fait une belle campagne. Mais nous n'avons pas réussi à convaincre les gens de voter au-delà du national, analyse le candidat. La liste est sans étiquette, mais je suis socialiste, je dois l'assumer. » Le conseiller général « continue de penser que le programme de François Hollande est bon. Mais à Hérouville, plus qu'ailleurs, les gens n'ont pas le temps d'attendre, ils n'en peuvent plus. »

Comparé à 2008, le maire sortant ne gagne que 400 voix, malgré ses dix points de plus. « Les électeurs de gauche ne se sont pas déplacés », regrette Thierry Legouix. « L'abstention est forte dans les quartiers qui nous sont les plus favorables. »

La gauche perd dans son ensemble plus de 1 400 voix en six ans. La liste « Hérouville l'avenir ensemble » (Front de gauche, EE-LV et citoyens engagés), menée par Joël Le Tensorer, a récolté 12,57 % des suffrages.« On s'attendait au moins à décrocher un second tour », déplore le candidat. Les deux listes auraient-elles mieux fait de s'unir dès le premier tour ? « Cela aurait été pire », assure Joël Le Tensorer. L'opposition devra se contenter de cinq sièges au conseil municipal.

Dernier arrivé dans la campagne, le conseiller sortant Stéphane Marie obtient avec « Regagnons votre confiance » 3,46 % des voix. « Notre premier objectif était de monter une liste en 15 jours. C'est notre victoire », affirme celui qui « aurait aimé atteindre les 5 % ». Il compte fédérer ses colistiers pour créer une association et assure : « Nous serons présents aux prochaines élections ! »

Regarder la vidéo sur

ouestfrance.fr/caen

Journal Ouest-France du mardi 25 mars 2014
Edition : Caen - Rubriques : Hérouville-Saint-Clair

 

Ajouter un Commentaire


Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter