Philippe LaillerPhoto : Philippe Lailler (Modem), 51 ans, pharmacien à la Grâce-de-Dieu, est candidat pour la première fois à l'élection législative.

Le président du Modem 14, pharmacien à Caen, affrontera Philippe Duron, le député sortant PS de la circonscription.
C'est une première pour lui. À 51 ans, Philippe Lailler a décidé de se porter candidat à la députation dans la circonscription ouest de Caen. Le pharmacien caennais et président du Modem du Calvados (le parti de François Bayrou) y défiera le député sortant, Philippe Duron (PS).

La bataille s'annonce rude même si le Modem a réalisé des bons scores dans l'agglomération de Caen, lors des régionales de 2010 et des cantonales de mars. Caen, ville centriste, est-il coutume de dire. Ça tombe bien, Philippe Lailler se dit profondément centriste. « Je peux travailler sans problème avec des gens de gauche. »

Mais c'est à boulets rouges qu'il tire sur le député sortant. Un socialiste. « Philippe Duron est en grande difficulté. Je pense qu'il retirera sa candidature aux législatives. Et il ne pourra pas rester maire. Ses amis lui diront de partir. » Et Phillippe Lailler de rappeler « la coresponsabilité de Philippe Duron dans le désastre de la banque Dexia. Il était administrateur et la banque laisse une ardoise de 10 milliards. La Caisse des dépôts, l'argent des Français, a dû mettre un milliard. »

Philippe Lailler critique la BMVR, « trop chère », le projet de terminal conteneur, « un projet douteux économiquement », les impôts locaux trop élevés à Caen « l'une des taxes foncières les plus élevées de France », le tramway « on attend toujours le résultat de l'expertise de 2007 », le stationnement impossible. « Je suis prêt à payer une semaine d'hôtel à Philippe Duron pour qu'il se rende compte de la vie dans Caen. Il n'y vit pas. »

On sent déjà pointer la campagne des municipales de 2014. Philippe Lailler dit y penser. « J'aime profondément ma ville. J'y vis, j'y travaille. Il faut dynamiser Caen. Il y a dix ans, elle était devant Le Havre. Ce n'est plus le cas. »

Guillaume LE DU. Ouest-France

Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter