Philippe LaillerPhilippe Lailler (MoDem) entend privilégier un projet pour la ville de Caen avant de parler union politique.

Pour le président du MoDem du Calvados, une éventuelle alliance avec l'UDI et l'UMP est hors sujet jusqu'en 2014.

« Mon objectif n'est pas de faire l'union mais de développer la ville. » Quand on l'interroge sur les prochaines élections municipales, Philippe Lailler se tient à une ligne à laquelle il n'entend pas déroger. Alors que Sonia de La Provôté et Joël Bruneau viennent d'être respectivement investis par l'UDI et l'UMP et appellent déjà au rassemblement, même avec la gauche, le président du MoDem ne veut pas entendre parler d'étiquette.

 

Quant au rassemblement, c'est à ses yeux une question hors sujet pour le moment. Quitte à faire grincer des dents. « L'union n'est qu'un moyen, il faut d'abord établir un projet. C'est souvent quand on n'a pas de programme que l'on crie à l'union ! » Alors quand on lui parle de tête de liste... « La situation de Caen est trop mauvaise. Le problème n'est pas d'être maire, le problème est de redresser la ville. L'équipe de Philippe Duron, ce sont des gens sympathiques, cultivés, intelligents mais incompétents ! »

« Il y a encore neuf mois... »

Et d'énumérer les manquements de l'actuelle majorité municipale, en pointant les enseignements d'une enquête « maison » menée depuis deux mois par son équipe Caen de toutes nos forces. « Nous avons distribué, dans les boîtes aux lettres et sur les marchés, 50 000 exemplaires d'un questionnaire sur les problématiques locales. Un peu plus de 500 personnes ont répondu par courrier ou par e-mail. Nous les avons réunies mercredi dernier, dans un café, pour en discuter, explique Philippe Lailler. Nous publierons les résultats prochainement. »

Quel calendrier Philippe Lailler prévoit-il d'observer ? « Il y a encore neuf mois avant les élections. Jusqu'à fin décembre, nous allons travailler, avancer nos pions et chiffrer un projet. » Et l'union à droite ? « Entre la mi-janvier et le mois de mars, il sera bien temps. Et j'espère aussi que des gens de gauche nous rejoindrons. »

Pascal SIMON.

 

> Visualiser les résultats du sondage

Entrez en contact avec nous

Vous souhaitez rejoindre notre équipe ou poser une question ?

Nous contacter